Choisir son président en 100 millisecondes

1189 lectures. Publié le 22 April 2017 par dans la catégorie Cognition, Société, Vidéos

Choisir son président en 100 millisecondes

La première vidéo d’Homo Fabulus ! J’espère qu’elle vous plaira, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez.

Pour ceux qui préfèrent lire, ci-dessous la transcription de la vidéo (d’où le langage parlé).

Si vous cherchez les points dont je n’ai pas eu le temps de parler dans la vidéo, c’est ici.

Si vous cherchez les références, c’est là.

L’article de Lou Safra sur les différences interindividuelles de jugements : https://osf.io/v7k73/

Transcription

Salut tout le monde,

aujourd’hui je voudrais vous parler d’un champ de la psychologie cognitive qui est assez flippant, c’est le champ qui étudie les jugements qu’on porte sur les personnes, rien qu’en se basant sur leur visage, et la plupart du temps sans même en avoir conscience.

Alors je suis sûr que comme dans la vidéo qu’on vient de voir, vous avez tous déjà entendu une personne qui dit qu’elle va voter pour untel ou untel parce qu’il a une bonne gueule. Et vous pouvez trouver complètement ça stupide de voter pour quelqu’un pour sa tête et pas pour ses idées ou son programme, mais ce que montrent des dizaines d’études c’est que c’est un comportement qui est bien plus répandu qu’on ne le croit, et surtout qu’on fait sans même en avoir conscience.

Alors je vais vous donner un exemple tout de suite. Imaginez que vous arrivez dans une soirée à laquelle vous avez pas été invité·e, vous avez rien ramené à boire comme d’habitude, et comme vous connaissez personne vous décidez d’aller discuter avec les personnes qui sont seules dans la pièce. Et les deux premières personnes seules sur lesquelles vous tombez sont ces deux personnes là :

La question que je vous pose, c’est avec laquelle de ces deux personnes allez-vous discuter en premier ?

Si vous êtes en soirée pour vous amuser, et pas pour déprimer, c’est probable que vous alliez discuter avec la personne de gauche. Et quand on fait cette expérience dans des conditions contrôlées en laboratoire, sur plein de gens différents, effectivement la majorité des gens répond qu’elle préfère aller discuter avec la personne de gauche. Et quand on leur demande pourquoi, ils répondent qu’elle a l’air plus extravertie, plus prête à faire la fête. Ce que montre cette expérience c’est que rien qu’en se basant sur le visage de ces deux personnes, les gens tirent des conclusions sur leurs traits de personnalité, en l’ocurrence est-ce qu’elles sont extraverties ou non.

Mais le plus incroyable, c’est que ces impressions se forment très rapidement. Et quand je dis très rapidement, c’est vraiment très rapidement. On a montré que en 100 ms seulement les gens se forment déjà une impression sur quelqu’un. Et 100ms, c’est vraiment rien du tout. En 100ms vous avez même pas le temps de bouger l’oeil, vous avez même pas le temps de faire une saccade, ça veut dire que vous avez même pas le temps d’observer le visage qu’on vous présente. Et bien malgré tout, si on vous demande de dire à quel point une personne a l’air extravertie ou aggressive, vous êtes capable de donner une réponse. Et qu’on vous laisse 100ms ou qu’on vous laisse 2h, votre réponse sera la même. Ce qui montre qu’en 100ms, votre impression est déjà formée et qu’elle ne va plus bouger.

Alors si ça s’arrêtait là à la limite ça serait pas très grave, ce serait juste une curiosité humaine de plus dans la longue liste des curiosités humaines. Si vous tenez pas une telle liste je vous conseille d’en faire une c’est assez rigolo. Mais le problème c’est que ça s’arrête pas là. Ces impressions qu’on forme très rapidement sur les gens, ces jugements qu’on porte très rapidement sur les gens, ils ont des conséquences sur nos décisions dans la vie de tous les jours.

Élections oblige, je vais vous parler de décisions dans le domaine politique. Refaisons une petite expérience. Imaginons que je vous présente les photos de 2 politiciens que vous ne connaissez pas mais qui sont de vrais politiciens en campagne pour une élection. Imaginons par exemple que je vous présente la photo de 2 politiciens en campagne pour l’élection présidentielle en Pologne. Vous les avez jamais vus. Et puis ensuite je vous demande de me dire à quel point chacun des deux visages a l’air compétent. Je vous pose juste cette question, sans plus de précision : à quel point chacun des deux visages a l’air compétent. Et puis je regarde quel politicien gagne l’élection en Pologne. Ce qui s’est passé dans plein d’études différentes, c’est que le politicien qui était jugé le plus compétent était en général celui qui allait gagner l’élection. C’est à dire qu’on était capable de prédire à partir d’un jugement de compétence subjective fait sur un visage qui allait gagner l’élection présidentielle dans un pays. Et on a montré que ce n’était pas qu’une corrélation, déjà on a répété l’expérience plein de fois sur plein d’élections différentes, et on avait à chaque fois le même résultat, et puis ensuite on est capable par ordinateur de manipuler les traits de compétence d’un visage, et on a montré qu’en faisant ça on était capable de manipuler les votes des gens dans une direction donnée. Donc ça veut dire qu’il y aurait réellement un lien de cause à effet entre à quel point un visage a l’air compétent et la probabilité que la personne à qui appartient ce visage se fasse élire dans une élection. Ce qui veut dire qu’il y a probablement des gens dans votre entourage, peut-être même vous-mêmes, qui allez voter à la tête lors des prochaines présidentielles. Et le plus fou, c’est qu’on a fait la même expérience avec des enfants, on a montré que des enfants âgés de 5 à 13 ans, d’une part, avaient grosso modo les mêmes jugements de compétence que les adultes, mais aussi qu’on était capable de prédire les résultats d’une élection à partir des jugements de compétence des enfants.

Alors deux petites précisions sur ce résultat quand même : la première, c’est qu’on n’est pas capables de prédire les résultats des élections à 100%, avec une précision de 100%. C’est un peu comme si vous essayez de parier sur un cheval au tiercé et que je vous montre un cheval qui a gagné 7 des 10 dernières courses : en pariant sur ce cheval vous n’êtes pas sûr de gagner à 100%, mais vous avez quand même une plus grande probabilité de gagner. Et bien là c’est la même chose avec les jugements de compétence, on n’est pas capables de prédire à 100% le résultat des élections mais on a quand même une très bonne probabilité de les prédire. Et la 2e chose, c’est qu’on a vérifié que c’était bien la compétence le paramètre important pour prédire si une personne allait être élue, et pas d’autres paramètres qui peuvent aussi se lire facilement sur un visage, comme l’âge ou le sexe de la personne par exemple.

OK, on récapitule. On a vu, premièrement, qu’on émet des jugements sur les traits de personnalité des gens rien qu’en se basant sur leur visage, deuxièmement, que ces jugements sont très rapides, quelques dizaines de millisecondes seulement, et troisièmement, on a vu que dans le cas de la compétence en particulier, ces jugements nous permettent de prédire les résultats d’une élection. Ces résultats sont assez robustes, ils ont été répliqués plusieurs fois donc on peut en être assez certains. Les résultats que je vais vous présenter maintenant sont un peu moins certains, parce qu’ils concernent de la recherche en cours, mais ils sont tout aussi intéressants.

La 1ere question qui est intéressante de se poser, c’est est-ce qu’on peut savoir quels éléments d’un visage font qu’on va trouver ce visage plus compétent qu’un autre ? Bah la réponse est oui, pour faire ça, ce qu’il “suffit” de faire, c’est de générer par ordinateur des dizaines et des dizaines de visages dont on contrôle exactement chacune des caractéristiques. Donc par exemple on va contrôler la distance entre les yeux, la taille des oreilles, est-ce que la mâchoire est carrée ou pas, etc. Et puis ensuite, on va soumettre ces visages générés aléatoirement à des personnes en leur demandant de décider à quel point chacun des visages a l’air compétent. Et donc au bout d’un moment, quand on a assez de données, on est capables d’associer certaines caractéristiques morphologiques à un jugement de compétence. Et ce qu’on a montré c’est que les visages qui apparaissaient les plus compétents, c’est les visages qui avaient une forme allongée, une mâchoire un peu carrée, les os des pommettes un peu remontés, et une faible distance entre les sourcils et les yeux. Voilà par exemple un visage que les gens trouvent extrêmement compétent.

M. Compétent

Deuxième question intéressante, c’est est-ce que ces jugements sont fiables, est-ce qu’ils correspondent à une réalité ? Par exemple, quand on juge en 100ms qu’un visage a l’air compétent, est-ce que la personne à qui appartient ce visage est réellement compétente ou est-ce qu’on se plante une fois sur 2 ? Les chercheurs ne sont pas encore très certains de la réponse, mais il est probable que la réponse soit non, que la fiabilité de nos jugements n’est pas très bonne. Je n’ai pas le temps de m’étendre sur le sujet mais pour ceux que ça intéresse, je mets un lien vers un billet de blog [NDLR : celui-là, voir plus bas] dans la description où je parle un peu plus de ce problème.

Et ce résultat soulève une autre question intéressante : si ces jugements ne sont pas fiables, pourquoi on les fait quand même ? Parce qu’on pourrait bien penser que, dans une perspective évolutionnaire par exemple, ça ait un intérêt de catégoriser certaines personnes comme agressives à partir de leur visage si elles sont réellement agressives : ça permettrait par exemple de moins les fréquenter ou de ne pas s’en approcher. Mais si ces jugements ne sont pas fiables, alors, à quoi ça sert ? Bah là encore on n’en sait rien, tout ce qu’on a ce sont des hypothèses, par exemple certains chercheurs pensent que les humains seraient assez bons pour émettre des jugements sur les traits de personnalité de quelqu’un mais qu’il leur faudrait plus d’information que juste les traits du visage : il faudrait également avoir accès au contexte, à l’apparence générale, au langage corporel, … En se basant juste sur les traits du visage on produirait des jugements erronés.

Autre question qui nous intéresse tous, c’est est-ce que tout le monde est influencé de la même manière par les visages ? Là la réponse semble assez claire, et c’est non. Les chercheurs ont montré que, dans le cas des décisions politiques, ce sont les personnes qui s’y connaissent le moins en politique, et qui regardent le plus la télé, qui sont le plus susceptibles d’être influencées par les traits du visage. C’est à dire que plus vous vous y connaissez en politique, et moins vous regardez la télé, moins on est capable de prédire les résultats d’une élection rien qu’en se basant sur vos jugements de compétence. Alors pour vous qui regardez cette vidéo, c’est assez rassurant, parce que si vous regardez une vidéo qui parle de politique sur le web, il y a de fortes chances pour que vous soyiez dans la catégorie des gens qui s’y connaissent en politique et qui regardent peu la télé. Mais le problème c’est que je suis sûr que vous connaissez tous dans votre entourage des gens qui s’y connaissent pas en politique et qui regardent tout le temps la télé, rappelons que le temps moyen passé devant la télé en France c’est 3h / jour. Donc ça veut probablement dire que vous avez dans votre entourage des gens qui vont dans les prochains jours aller voter aux présidentielles pas sur le programme ou les idées des candidats mais en se basant rien que sur leur tête.

Tous les résultats dont je viens de vous parler sont issus d’une discipline qui s’appelle la psychologie cognitive, mais il y a deux autres disciplines qui essaient traditionnellement de comprendre comment les gens votent, c’est la sociologie et l’économie. La sociologie, c’est le champ qui est omniprésent dans les médias : c’est quand vous entendez dire que la sortie de tel politicien sur tel sujet a pour but d’aller chercher les électeurs de telle classe socio-économique. L’économie elle essaie plutôt de savoir comment le taux de chômage dans un pays, l’inflation, le PIB vont influer sur la probabilité qu’un politicien se fasse réélire. J’ai pas le temps de parler de ces deux disciplines dans le détail, je voudrais juste insister sur deux choses. La première, c’est que on a vraiment besoin de ces trois disciplines pour comprendre comment les gens votent, économie, sociologie, et sciences cognitives, et que si on entend beaucoup parler de sociologie ou d’économie dans les médias, on entend très peu parler de sciences cognitives, et c’est bien dommage, parce que jusqu’à preuve du contraire, les gens votent encore avec leur tête. La 2e chose que je voulais dire, c’est que même en économie, il y a des études qui montrent que le hasard pourrait jouer un rôle beaucoup plus important qu’on ne le pense. Des études ont montré que le paramètre le plus important pour déterminer si un politicien allait se faire réélire ou pas, c’est pas l’état de l’économie de son pays, c’est l’état de l’économie *mondiale*. J’insiste sur le *mondiale*. C’est à dire qu’un paramètre qui est hors du contrôle d’un politicien, l’état de l’économie mondiale, est le paramètre le plus important pour prédire s’il va être réélu ou pas. Donc même en économie on apprend que le hasard ou la chance pourraient jouer un rôle beaucoup plus important qu’on ne le croit dans la probabilité qu’un politicien se fasse réélire.

J’en arrive maintenant à ma conclusion. On a vu 1/ qu’on fait des jugements sur les gens rien qu’en se basant sur leur tête 2/ qu’on se base sur ces jugements pour voter, alors même que ces jugements ne correspondent à rien de réel ; et 3/ que ce sont les gens qui regardent le plus la télé et qui s’y connaissent le moins en politique qui sont les plus touchés.

Alors les conséquences de tout ça, comme vous pouvez l’imaginer, sont assez graves. Ça veut dire par exemple qu’il est possible de manipuler les votes, ou les intentions de vote, en manipulant la photo des candidats. Les médias peuvent manipuler les intentions de vote rien qu’en présentant une photo plus ou moins flatteuse d’un candidat. Dans certains pays, on a même la photo du candidat sur le bulletin de vote ; dans ces pays-là, c’est probable que les votes soient encore plus influencés que dans les autres pays. Mais c’est pas ça le plus grave encore selon moi. Je vous ai parlé des décisions politiques à cause de l’actualité, mais on a aussi d’autres études qui montrent que les impressions qu’on forme sur les visages des gens ont des conséquences dans d’autres domaines, comme le domaine judiciaire. On sait que plus quelqu’un a une tête qui n’inspire pas confiance, plus cette personne a de chances d’être condamnée au tribunal. On sait aussi qu’aux Etats-Unis, les afro-américains ou les personnes qui ont des traits afro-américains ont plus de chance d’être condamnées à mort que le reste de la population. Et vous-même, sachez que si un jour vous êtes attaqué en justice par quelqu’un, vous aurez plus de chances d’être condamné·e et de façon plus sévère si vous avez des traits matures, et si celui qui vous attaque a une tête immature, une espèce de tête de bébé.

Vous comprenez maintenant pourquoi je disais en introduction que c’est un champ de recherche assez flippant. Passionnant, mais vraiment flippant.

Merci d’avoir suivi cette vidéo jusqu’au bout, j’ai trois petites choses encore à vous dire, la première chose c’est d’abord un gros merci à Lou Safra, qui est la chercheuse qui a relu et validé cette vidéo. Lou travaille dans ce domaine, mais plus précisément, elle essaie de savoir pourquoi différentes personnes peuvent avoir des jugements différents sur un visage. Moi dans la vidéo j’ai fait comme si tout le monde avait le même jugement sur un visage, c’est vrai quand on fait des moyennes, en moyenne les gens ont le même jugement, mais quand on regarde dans le détail c’est pas toujours le cas, donc Lou essaie d’expliquer pourquoi, pourquoi différentes personnes ont des jugements différents. Je vous mets un lien dans la description vers un article de Lou si ce sujet vous intéresse. Deuxième chose, j’avais plein d’autres choses à vous parler dans cette vidéo, mais je voulais pas qu’elle soit trop longue, elle est déjà assez longue comme ça, donc ce que j’ai fait c’est que j’ai publié un billet de blog [ndlr : juste ci-dessous !] sur lequel j’approfondis les sujets que j’ai évoqués ou que j’ai pas eu le temps du tout d’évoquer dans la vidéo, je vous mets le lien du billet de blog dans la description. Et puis toujours dans la description vous pouvez trouver un paquet de références. Encore merci d’avoir regardé cette vidéo, et à la prochaine !

Pour ceux qu’en ont pas eu assez

Sur pourquoi les jugements qu’on fait ont l’air de ne pas être fiables, de ne correspondre à rien de réel :

C’est ce que montrent certaines expériences qui essaient de faire deviner aux gens le parti politique d’un politicien à partir de son visage. On sait depuis longtemps que des choses comme l’âge, le sexe ou la couleur de peau, qui sont des choses qui peuvent se lire facilement sur un visage, sont des indicateurs relativement fiables du parti politique d’un politicien. C’est à dire que si vous voyez un homme blanc et vieux, il y a statistiquement plus de chances qu’il soit de droite que de gauche. Ce que des chercheurs ont fait, c’est qu’ils ont créé un algorithme qui ne se basait que sur ces trois informations, âge, sexe, et couleur de peau, pour essayer de deviner si un visage appartient à un politicien de gauche ou de droite. Et bien cet algorithme a été bien meilleur que les humains pour déterminer le parti de politiciens, alors même que les humains faisaient leur choix à partir d’une photo et avaient donc accès à plein d’autres informations que le sexe, l’âge et la couleur de peau. Ce que cette expérience suggère, c’est que quand on juge un visage, on donne trop d’importance à des détails qui ne sont pas pertinents, et on ne donne pas assez d’importance à des données démographiques plus fiables comme l’âge ou le sexe de la personne.

En plus de ça, il n’y a aucun lien entre à quel point on est confiant dans notre jugement et à quel point notre jugement est précis. C’est à dire que c’est pas parce que vous me dites que vous êtes confiant à 100% qu’une personne est de gauche, basé sur son visage, que votre jugement sera meilleur que celui d’une personne qui dit n’être pas du tout confiante que la même personne est de gauche. Donc a priori, nos jugements basés sur les visages ne sont pas fiables : on se forme des impressions sur le visage des autres, c’est certain, mais ces impressions sont fausses. Et au passage, même si elles étaient vraies, ça ne voudrait pas dire que le lien entre traits de visage et traits de caractère est un lien biologique. Il peut s’agir tout simplement d’un comportement qui s’auto-renforce : par exemple, les gens qui ont l’air agressifs peuvent susciter plus de méfiance de leur entourage et en retour devenir moins coopératifs et plus agressifs, alors même qu’ils ne l’étaient pas à la base.

Sur est-ce que c’est vraiment la compétence qui cause le vote pour un politicien ou d’autres caractéristiques comme l’âge ou le sexe ou la beauté qui pourraient corréler avec la compétence : question difficile, parce qu’effectivement plusieurs caractéristiques corrèlent avec la compétence. Plus les visages deviennent compétents, plus ils deviennent matures et attractifs également, c’est à dire qu’il est difficile, mais pas impossible, de générer un visage qui soit compétent sans être attractif. Néanmoins, quand on contrôle pour tous ces facteurs, la compétence reste le facteur prépondérant qui permet d’expliquer la probabilité qu’un politicien soit élu. Voir par exemple cet article qui a testé tout ça : article.

Comme je dis dans la vidéo, on ne peut pas prédire les élections à 100% rien qu’en se basant sur la compétence d’un visage. Quelle part des élections peut-on prédire exactement ? Si on se réfère à un des articles originaux, on apprend que le candidat qui est perçu comme le plus compétent gagne l’élection dans 71,6% des cas (au-dessus du hasard bien sûr). De plus, une régression contrôlant pour les facteurs âge, beauté et familiarité, montre que le seul prédicteur significatif des votes est la compétence. La compétence seule permet d’expliquer 30,2% de la variance du résultat des élections, et ce pourcentage monte à 45% quand les deux candidats pour lesquels les gens doivent voter sont du même sexe et ont la même couleur de peau. Les auteurs concluent que “tous les autres facteurs combinés [autres que la compétence] contribuent pour seulement 4,7% de la variance”. La compétence n’explique donc pas tout, mais elle explique une part importante des votes, un résultat répliqué nombre de fois.

Une bizarrerie dans ces études c’est qu’on demande aux gens d’évaluer “la compétence” sans plus de détails, alors que ce terme peut recouvrir une diversité de réalités : compétent en quoi ? dans quel domaine ? Lou est en train de se pencher sur cette question pour sa recherche.

Sources

Deux articles dans Science pour vous donner une idée du champ :

http://science.sciencemag.org/content/323/5918/1183
http://science.sciencemag.org/content/308/5728/1623

Deux revues excellentes pour dégrossir le sujet (et si l’info sur laquelle vous cherchez une source n’est pas ci-dessous, c’est sûrement qu’elle est dans une de ces deux reviews) :

http://link.springer.com/article/10.1007/s10919-009-0082-1
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25196277

Sur le lien de cause à effet, la manipulation des traits du visage :

http://www.ehbonline.org/article/S1090-5138(06)00076-6/abstract

Sur les expés faites sur des enfants :

http://science.sciencemag.org/content/323/5918/1183

Sur le temps passé devant la télé :

https://www.insee.fr/fr/statistiques/1280984

Sur l’importance de l’état de l’économie mondiale pour prédire les élections :

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1468-0084.2008.00545.x/abstract
http://econpapers.repec.org/paper/cesceswps/_5f4857.htm

Sur les conséquences des jugements sur les visages dans le domaine judiciaire :

y’en a plein, je vous en mets juste une, et pour le reste reportez-vous à la 2e review indiquée ci-dessus : http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/10683160902926141

2 réactions à “Choisir son président en 100 millisecondes”

  1. Fran

    22 Apr 2017

    à 17:36

    Merci !

    Super boulot, mais pas super rassurant pour le résultat des élections à venir…

    Cela n’a rien à voir mais quelles sont les orchidées visibles sur la vidéo ?

    Vivement la prochaine vidéo !

    (Les vidéos en dessins continueront, rassurez-moi !?)

    Reply to this comment
    • Stéphane

      22 Apr 2017

      à 17:36

      Merci ! Aucune idée pour les orchidées, la botanique n’est pas mon fort !

      Pour les vidéos en dessin, oui elles continuent, mais à un rythme un peu plus tranquille.

      Reply to this comment

Réagissez !

Commentez, critiquez, ajoutez vos idées... Et n'oubliez pas d'inclure les liens vers vos sources quand elles sont disponibles !

Si vous ne voulez pas être représenté par une stupide icône aléatoire, réservez votre gravatar.

 
Souhaitez-vous recevoir un email quand un nouveau commentaire est posté ?