Notes sur « La voiture qui en savait trop » de Jean-François Bonnefon

Bouquin du jour, La voiture qui en savait trop, par Jean-François Bonnefon, sur la genèse d’une des expériences de science comportementale les plus grandes à ce jour (n = plusieurs millions).

Très facile à lire car en grande partie écrit en mode narratif à la 1ere personne.

Le livre parle principalement des préférences morales des gens dans des dilemmes routiers, mais il présente aussi au passage quelques dessous de la recherche : la collaboration entre auteurs, le peer review, la course à la publication, les accusations éthiques etc.

Top 3 facile à retenir : les gens préfèrent sauver le plus grand nombre de personnes, les humains face aux autres espèces, et les personnes les plus jeunes en premier. Variations culturelles existent mais peu de variations sociodémographiques par contre : https://www.nature.com/articles/s41586-018-0637-6

J’aime bien l’insistance sur le fait que peut-être (peut-être !), les comités chargés de discuter ces questions devraient intégrer des représentants des sciences humaines et comportementales, contrairement à ce qui s’est fait dans le passé.

Ce sujet mélange problèmes technologiques (construire les véhicules), scientifiques (difficulté d’estimer à quel point les voitures autonomes sont plus sûres tant qu’elles sont pas massivement sur les routes), psychologiques (tout le monde se croit meilleur conducteur que la moyenne donc la sécurité des voitures autonomes pourrait ne pas convaincre) et bien sûr moraux (à qui allons-nous faire porter le plus de risques).

Cet article vous a plu ? Payez-moi un café !

Ce n’est que grâce à votre soutien financier que je peux affecter mes gènes à la production de contenus ! Si vous aimez leur travail et souhaitez qu’il continue, merci d’envisager un don :

GROS MERCI D’AVANCE !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Homo Fabulus n‘existe que grâce à votre soutien.

Soutenez mon travail par un don régulier.


Un anniversaire bientôt ?

Acheter un de ces livres est un autre bon moyen de me soutenir.

À qui profite (vraiment) la génétique ?

11,90€ papier, 6,99€ ebook

Mon deuxième livre sur les ramifications politiques de ces recherches

Pourquoi notre cerveau a inventé le bien et le mal

21€ papier, 13,99€ ebook

Mon travail de thèse sur les origines évolutionnaires de la morale


Newsletter

Permet de garder le contact sans dépendre d’un site tiers. Utilisée seulement pour les grandes annonces (sortie d’un nouveau livre, rencontres, projets…). J’y fais aussi régulièrement gagner des livres. Ça me ferait très plaisir de vous y retrouver !



Derniers articles


L’animal social