Psychologie évolutionnaire, biologie et sciences humaines : Kumokun partie 1 (août 2019)

752 lectures. Publié le 17 August 2019 par dans la catégorie Société

Psychologie évolutionnaire, biologie et sciences humaines : Kumokun partie 1 (août 2019)

La psychologie évolutionnaire subit régulièrement des attaques, sur sa méthode, ses paradigmes ou ses résultats. La plupart de ces critiques sont injustes, injustifiées, émanent d’une mauvaise connaissance du champ, ou de peurs idéologiques. Les critiques qui sont justifiées ont déjà été faites pour la plupart à l’intérieur du champ, et s’il est assez prétentieux de la part d’ “observateurs extérieurs” de vouloir les faire remarquer aux chercheurs du champ, je suis toujours prêt à les discuter et reconnaître que ce sont de bonnes critiques.

Comme on me demande souvent mon avis sur ces critiques sur les réseaux sociaux, et que ça me prend (beaucoup) de temps d’y répondre et de nuancer, je vais publier mes réponses sur ce blog. On commence avec une “critique” de “Kumokun”, qui s’en prend non pas à la psycho évo en tant que telle mais aux “conservateurs” qui reprennent les résultats de la discipline pour justifier leurs idéologies. Vous verrez ci-dessous qu’en fait ces reproches traduisent aussi des incompréhensions sur la discipline, que j’essaie de lever.

Notez que Kumokun est assez influent dans la twittosphère “SHS”, son article a été retweeté de nombreuses fois, à mon grand désarroi car je trouve que ses défauts sautent au visage. J’ai essayé de discuter avec ces personnes plusieurs fois mais la discussion a tourné court en incompréhensions, corporatisme et biais de raisonnements de toutes parts.

Le fil twitter est là pour ceux que ça intéresse : 

, mais je ne cherche pas du tout à raviver ces débats ici, cela m’a pris assez de temps comme ça (ou alors discutez entre vous :) ).

L’article de Kumokun auquel je réponds est là : https://medium.com/@Kum0kun/psychologie-évolutionniste-1-représentations-et-enjeux-61bf11d423d4

Néanmoins, sachez que suite à mes remarques, Kumokun l’a modifié sans préciser vraiment où ni pourquoi. Les citations de son article que je reprends ci-dessous correspondent bien à l’article original, je n’ai rien modifié.

C’est parti !

Fil #PsychologieÉvolutionnaire !

Bien que @Kum0kun ait menti sur mes propos lors de mon interview Science4all (je n’oublie pas), je vais suivre sa série de billets.

Ça me sera très utile pour ma propre série de vidéos à venir. En attendant, quelques points notables.

D’abord, j’aimerais bien savoir à quel point ce billet représente la pensée de toutes les SHS. 55 retweets, 80 likes, quasi aucun commentaire ! Ça ressemble à une approbation totale. Pour une discipline qui chérit la pensée complexe, je m’étonne qu’il n’y ait aucun désaccord.

Donc s’il y a des sociologues qui seraient plus nuancés que kumokun, manifestez-vous ! C’est l’occasion ou jamais de clarifier vos positions (bravo à Kumokun d’avoir pris le temps de le faire d’ailleurs). Ça évitera aussi que je vous fasse dire des choses que vous ne pensez pas.

Pour entrer dans le vif : le billet n’attaque pas la psycho évo directement mais les “conservateurs” qui utilisent la psycho évo à des fins politiques. Ce que je déplore aussi, et qui peut être rejeté facilement par la loi de Hume : ce qui est ne dit rien sur ce qui doit être.

On me dit parfois que cette loi est dure à comprendre. Je ne le pense pas. Un bébé qui naît avec une maladie génétique grave *est* dans la merde, il va avoir une vie toute pourrie. Doit-on pour autant penser qu’il *faut* le laisser dans sa merde sans l’aider ?

Je pense que 99% des gens, à droite comme à gauche, répondraient “Non”.

Mais que pense Kumokun de cet argument ? Évacué en une ligne par un “Cet argument permet aux conservateurices de se faire passer pour moins conservateurices qu’iels ne le sont.”

Évacué tout comme, 2 lignes plus loin, l’argument selon lequel “connaître les raisons profondes qui sont à l’origine des comportements humains pourra permettre aux décideur·ses politiques de mieux savoir comment remédier aux inégalités”.

Alors c’est sûr que si dès qu’il existe un argument en faveur de la psychologie évolutionnaire, on le rejette parce qu’il est ou pourrait être utilisé par de mauvaises personnes, on ne va pas pouvoir aller très loin dans la défense de la discipline ! On pourrait même s’arrêter là.

Mais c’est déjà un point important : beaucoup de militants humanistes pensent que la défense de leurs idéaux justifie de :

– nier les différences entre individus
– nier la scientificité de la psycho évo
– accuser de “conservateur” tous ceux qui y adhèrent

On y reviendra.

Kumokun dit : “l’argument “Étant des animaux nous sommes le produit de plusieurs millions d’années d’évolution, et notre psychologie n’en fait pas exception.” est un argument qui formellement ne tient pas la route.”

Mais il n’explique jamais pourquoi, à part “non sequitur”!

Kumokun accepte: “les humains sont des animaux, et à ce titre la sélection naturelle a dû agir sur tous nos organes dont notre cerveau”

mais pas: “la sélection naturelle a dû agir sur nos comportements, en sélectionnant ceux qui présentaient un avantage évolutif.

Sans expliquer.

Sachez que si vous pensez la même chose, vous n’êtes plus seulement en train de rejeter la psychologie évolutionnaire mais tout le champ de l’éthologie / écologie comportementale, soit des milliers d’expériences scientifiques aux bases théoriques très solides.

Autre citation.


Les SHS se défendent d’être anti-évolution, mais ce genre de paragraphe a de gros relents créationnistes. Si si, l’argument a beaucoup de sens scientifiquement parlant. Je peux le résumer en un tweet.

– les comportements sont produits par le cerveau
– la sélection naturelle peut façonner notre cerveau
– la sélection naturelle a donc pu façonner nos comportements en façonnant le cerveau

Vérifié des milliers de fois en comportement animal non-humain.

Autre : Kumokun dit : “il n’est à aucun moment question d’émettre un quelconque jugement de valeur sur la psychologie évolutionniste en tant que discipline.”.

Je suis très étonné, cela me semble en contradiction avec tout ce qui se dit par ailleurs, mais admettons.

Autre : Kumokun dit :

Arf… Là c’est plus grave selon moi. Cela traduit très bien la rancoeur que je ressens souvent des SHS. Blessure narcissique parce que la biologie vient “marcher sur vos plates-bandes” ? Mais je vous rappelle que nous scientifiques (et j’inclus les SHS là-dedans) sommes là pour mieux comprendre le monde, pas défendre nos disciplines respectives. Toute discipline qui permet de mieux faire cela devrait être bonne à prendre.

Mais Kumokun n’en démord pas : “la volonté de naturaliser la sociologie repose plus sur une démarche politique et polémique, que sur une tentative à proprement parler scientifique”.

Une fois de plus, le politique passe donc avant le scientifique.

Autre : Kumokun dit : “Les conservateurices utilisent les euphémismes [(comme “comportement *partiellement* influencé par la biologie”)] pour en fait pousser leurs explications naturalisantes sur le devant de la scène.”

Intéressant !

Alors maintenant, on n’a même plus le droit d’utiliser la formulation correcte (comportements *partiellement* influencés) sous peine d’être soupçonné de mauvaises intentions ? On devrait tous dire “100% déterminés génétiquement” ? “100% déterminés socialement ?”

Je m’arrête là. Je suis confronté à ce genre de “critiques” depuis des années. J’ai essayé de montrer ici que la plupart sont infondées, comprennent mal la biologie, ou sont basées sur une peur (devrais-je dire paranoia) de récupération politique, qui est un pb à traiter à part.

Ne croyez pas que je pense qu’il n’y a pas de questions à se poser. Il y a des vraies questions, comme :

– les risques de récupération de la psycho évo justifient-ils qu’on n’en fasse plus ?
– la sociologie s’améliorerait-elle en incorporant de la biologie ?

Si je réponds personnellement “Non” et “Oui” à ces deux questions, je conçois qu’on puisse avoir des avis différents. Mais ces questions sont rarement abordées.

Chers gens des SHS, la plupart des chercheurs en psycho évo que j’ai croisés sont de gauche… (faudra que je trouve des stats là-dessus). Comme la plupart des chercheurs.

Et ces chercheurs ne voient pas de contradiction entre l’étude évolutionnaire du comportement humain et la défense des valeurs humanistes. Et pensent qu’il existe de meilleurs façons de défendre ces valeurs que nier les influences biologiques du comportement.

Vous vous trompez d’ennemi en vous attaquant à la psycho évo. L’ennemi numéro 1, c’est le raisonnement “c’est naturel, donc c’est bien”. Vos divergences avec les conservateurs sont des divergences de nature morale. Inutile d’en faire des divergences sur la nature des faits.

J’espère, ami·e·s des SHS, que j’ai été suffisamment poli dans mes critiques et que vous les prendrez de manière constructive, et, soyons fous, que vous envisagerez de les diffuser dans vos réseaux dans une perspective de débat contradictoire mais apaisé entre nos disciplines.

24h après, mise à jour. Tout d’abord, l’avis de
@L_Cordonier, sociologue, sur à quel point les sociologues sont ouverts aux sciences cognitives :

La “méconnaissance de ces sciences et/ou craintes normatives et/ou corporatisme” qu’il cite sont exactement ce que je reproche à Kumokun, et que je prétends éclaircir dans mon fil.

Je ne suis donc pas seul à faire ce constat, pas en train de faire un homme de paille de la socio.

@L_Cordonier
termine sur un “La socio a beaucoup à amener aux science co, et réciproquement !”, ce sur quoi je suis absolument d’accord !

Certains d’entre vous interprètent mon “La sociologie peut-elle être améliorée par la biologie ?” comme de l’arrogance, il n’en est rien !

La question “La biologie peut-elle être améliorée par la socio ?” se pose aussi.

Ce qui nous amène au fil de
@Comtesse_Leia :

qui répond que 1/ on n’a pas le temps de tout étudier 2/ le pouvoir explicatif de la biologie est + faible que celui de la socio.

Voilà un fil intéressant qui parle de questions que j’aimerais qu’on discute plus, et qui n’a pas besoin pour ça de nier les différences biologiques, la scientificité de la psycho évo ou d’accuser tous ses contradicteurs de conservatisme.

Si je suis d’accord sur le 1/ (les grandes avancées scientifiques seront faites par ceux qui ont le temps de tout lire), je suis en désaccord sur le 2/. Pas que je pense que la biologie a forcément un pouvoir explicatif plus grand que la socio, mais que pour le savoir, il faut forcément connaître les deux côtés des choses! Et pour ça, tendre l’oreille à ceux qui proposent des explications alternatives. Sauf que si moi je propose une hypothèse biologique aux inégalités de genre (il y en a), je ne me ferai sûrement pas écouter, mais plutôt lyncher !

(Au passage, il existe des méthodes permettant de quantifier qui de la biologie ou de l’environnement joue le plus de rôle pour expliquer un comportement, pas besoin de “deviner”. Si les deux jouent toujours un rôle, vous seriez surpris de l’importance de la biologie… )

On me dit aussi que la biologie devrait être humble sur des sujets étudiés par la socio depuis des dizaines d’années. Mais vous n’êtes pas sans savoir que les sciences traversent une crise sans précédent (et pas que la psychologie) : https://t.co/Xykjsrsb84?amp=1

Le statut de “discipline scientifique” (que je vous accorde, rappelons-le) ne vient pas qu’avec des avantages. Vous devez aussi accepter qu’on remette en question des résultats de la socio, peut-être même d’autant plus qu’ils sont anciens (les méthodes s’améliorant avec le temps).

Je termine avec ce fil de
@Madone_Duran , qui liste des articles publiés avec des critiques de la psycho évo, et des réponses à ces critiques :


Car oui la psycho évo accepte la critique, sinon ce ne serait pas une science.

Toujours
@Madone_Duran qui confirme que les chercheurs en psycho évo ne sont pas plus conservateurs que les autres chercheurs, c’est à dire qu’ils sont de gauche : https://ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26181309 (c’est pas très pertinent en soi comme info mais ça aide à déconstruire des idées fausses)

En ccl, je ne suis pas ici pour faire la guerre. Je répète, avec toute la vanité que cela implique, que je pense faire partie des biologistes les plus ouverts pour discuter. J’essaye simplement de détordre les idées fausses, que l’on trouve beaucoup chez Kumokun malheureusement😘

Une réaction à “Psychologie évolutionnaire, biologie et sciences humaines : Kumokun partie 1 (août 2019)”

  1. Mewtow

    23 Aug 2019

    à 08:17

    Un truc qui n’aide pas, c’est qu’il existe un sous-domaine de la sociologie qui prend en compte les acquis de la psychologie cognitive (donc un truc assez “biologique”, par essence) : la sociologie analytique. Et ce sous-domaine se caractérise par des hypothèses “de droite” : individualisme méthodologique à la Boudon qui fait penser à l’agent rationnel des économistes orthodoxes (forcément de droite), dérivation des faits sociaux à partir de l’individu sans référence à une quelconque “structure”, et j’en passe. Alors quand en plus ce courant est représenté par des personnes “de droite”, comme un Gérard Bronner qui écrit dans le journal “Le Point”, c’est assez drôle de voir le résultat chez les membres militants des SHS.

    Reply to this comment

Réagissez !

Commentez, critiquez, ajoutez vos idées... Et n'oubliez pas d'inclure les liens vers vos sources quand elles sont disponibles !

Si vous ne voulez pas être représenté par une stupide icône aléatoire, réservez votre gravatar.