L’humain est-il un polygame refoulé ? Partie 2/3 : la monogamie en série.

69319 lectures. Publié le 2 July 2012 par dans la catégorie Best Of, Parentalité, Sexe

L’humain est-il un polygame refoulé ? Partie 2/3 : la monogamie en série.

Nous continuons notre série d’articles sur le type de sexualité “évoluée” de l’humain en nous penchant sur les indices qui semblent montrer qu’hommes et femmes affectionnent, dans différentes circonstances, les relations et partenaires à long terme. Existe-t-il des différences entre hommes et femmes néanmoins ? Et cela remet-il en question le tableau peint jusqu’ici d’une espèce humaine dont le système sexuel est, ou a été par le passé polygyne ? Voilà ce à quoi nous allons tenter de répondre.

[Cet article est le deuxième d’une série de trois, et la lecture du premier volet est recommandée pour plus de cohérence dans les explications.]


Ce billet, avec sa 1ere et 3e partie, a été élu “Coup de coeur du jury” lors de la parution de l’anthologie des blogs de science francophones 2013. Merci au jury, c’est un grand honneur pour moi et une très belle récompense du travail accompli !

L97828954445411

L’anthologie 2013

Les coûts des relations à court-terme

Nous avons vu en première partie que parce qu’il utilise moins de ressources que la femme dans la création et le développement d’un enfant, l’homme devrait en théorie rechercher le plus possible de relations sexuelles à court terme pour augmenter son nombre de descendants. Tout n’est cependant pas si simple. De nombreuses raisons tendent à dissuader l’homme d’être un polygame complet :

  • Une des raisons les plus évidentes est qu’un manque d’investissement parentalL'investissement parental désigne l'ensemble des ressources (que ce soit en temps, en nourriture, en soins, etc...) qu'un organisme donné alloue à la survie et au développement de ses descendants, au détriment de la production de nouveaux descendants.

    Pour maximiser son nombre de descendants, deux stratégies peuvent être adoptées par tout organisme : produire un grand nombre de descendants sans trop s'en occuper (c'est ce qu'on appelle la sélection r), ou produire peu de descendants mais bien s'en occuper (c'est ce qu'on appelle la sélection K).

    Les espèces utilisant la sélection K privilégient la qualité à la quantité. Les espèces utilisant la sélection r privilégient la quantité à la qualité.

    Les humains font partie des espèces fournissant le plus d'investissement parental et utilisant la sélection K, ils produisent peu de descendants mais s'en occupent pendant très longtemps, maximisant ainsi les chances de survie et de reproduction de chacun.
    (notamment de protection de l’enfant) pourrait conduire à une diminution des chances de survie de l’enfant. Chez beaucoup d’espèces, le mâle travaille dur pour protéger sa progéniture et fournit également une grande partie de la nourriture dont la femelle a besoin (notamment pour nourrir l’embryon…).
  • Attraper une réputation d’ “homme à femmes” n’est pas bien vu par les femmes, et pourrait empêcher un homme de trouver de nouvelles partenaires.
  • Contraction de maladies sexuellement transmissibles possible.
  • Violences de la part de partenaires, copains, pères ou frères jaloux en cas de relations sexuelles avec une femme déjà liée.
  • Actes de vengeance de la part des ex-partenaires féminines.
mante-religieuse

En voilà une autre qui possède la réputation de mangeuse d’hommes

Pour les femmes, les risques induits par des relations à court terme sont similaires : les femmes peuvent, comme les hommes, souffrir d’une réputation de mangeuse d’hommes et avoir du mal à trouver de nouveaux partenaires par la suite (les hommes, parce qu’ils ne peuvent être sûrs à 100 % d’être le père de l’enfant qu’ils élèvent, devraient plus que les femmes être attentifs à la fidélité de leurs partenaires, nous y reviendrons…), les femmes peuvent également se voir abandonner par leur partenaire à long terme, souffrir de maladies sexuellement transmissibles, et surtout, manquer de la protection d’un partenaire à long terme et risquer de voir leurs enfants souffrir de maladies, de blessures, pour au final mourir. À cet égard, les chiffres trouvés par Daly & Wilson sont intéressants : au Canada, bien que les femmes célibataires n’ont délivré que 12 % des bébés nés entre 1977 et 1983, elles ont été à l’origine de 50 % des infanticides dans cette même période.

Des barrières cognitives contre la polygamie… des autres !

Si pour l’homme comme la femme, être un partenaire qui établit des relations à court terme permet plusieurs avantages adaptatifs (voir la première partie), avoir un partenaire qui possède des relations à court terme n’est pas avantageux du tout ! C’est autant d’attention, d’effort et d’énergie, bref d’investissement parentalL'investissement parental désigne l'ensemble des ressources (que ce soit en temps, en nourriture, en soins, etc...) qu'un organisme donné alloue à la survie et au développement de ses descendants, au détriment de la production de nouveaux descendants.

Pour maximiser son nombre de descendants, deux stratégies peuvent être adoptées par tout organisme : produire un grand nombre de descendants sans trop s'en occuper (c'est ce qu'on appelle la sélection r), ou produire peu de descendants mais bien s'en occuper (c'est ce qu'on appelle la sélection K).

Les espèces utilisant la sélection K privilégient la qualité à la quantité. Les espèces utilisant la sélection r privilégient la quantité à la qualité.

Les humains font partie des espèces fournissant le plus d'investissement parental et utilisant la sélection K, ils produisent peu de descendants mais s'en occupent pendant très longtemps, maximisant ainsi les chances de survie et de reproduction de chacun.
qui est détourné de son propre succès reproducteur. La sélection naturelle devrait donc avoir développé, chez l’homme comme chez la femme, des préférences et comportements qui ramènent notre espèce dans le chemin de la monogamie. Commençons par celles des femmes…

Comme nous l’avons vu en première partie, les femmes sont dès la conception d’un enfant désavantagées en matière de partage du travail reproducteur : elles ont déjà investi plus dans l’embryon que le père. Quitte à choisir un partenaire, autant en choisir un qui sera prêt à s’investir pour elles et pour l’enfant lorsqu’il sera né !

investissement argent

Vaut-il mieux investir toutes ses ressources au même endroit ou diversifier ses placements ? C’est également une question évolutionnaire…

Or un homme qui passe son temps à chercher, séduire et s’accoupler avec de nombreuses partenaires n’est pas exactement en train de s’investir dans sa famille : au contraire, il disperse ses ressources (temps, argent, soins…) entre plusieurs partenaires au lieu de les concentrer sur une seule partenaire. Ce raisonnement nous conduit à penser que les femmes devraient avoir développé des mécanismes permettant de repérer et éviter ce genre d’homme : les femmes devraient être particulièrement performantes pour repérer les hommes qui ne s’investissent pas dans leur progéniture.

Gazou gazou

Montrez à des femmes la photo d’un homme en train d’interagir avec un enfant (sourires, regards, gazous…) et la photo d’un homme debout à côté d’un enfant mais le négligeant complètement. Elles trouveront, sans surprise, l’homme s’occupant de l’enfant plus séduisant à épouser que celui le négligeant.

homme avec bebe

Les femmes trouvent plus séduisants les hommes montrant de l’attention envers de jeunes enfants.

Ce qui est plus intéressant maintenant, c’est que la même expérience faite en inversant les rôles (les hommes notent des photos de femmes) montre que les hommes n’ont pas le même genre de préférences : une femme seule debout est aussi attractive qu’une femme interagissant avec un enfant. Les femmes auraient donc, contrairement aux hommes, une attirance pour les hommes montrant plus d’investissement parentalL'investissement parental désigne l'ensemble des ressources (que ce soit en temps, en nourriture, en soins, etc...) qu'un organisme donné alloue à la survie et au développement de ses descendants, au détriment de la production de nouveaux descendants.

Pour maximiser son nombre de descendants, deux stratégies peuvent être adoptées par tout organisme : produire un grand nombre de descendants sans trop s'en occuper (c'est ce qu'on appelle la sélection r), ou produire peu de descendants mais bien s'en occuper (c'est ce qu'on appelle la sélection K).

Les espèces utilisant la sélection K privilégient la qualité à la quantité. Les espèces utilisant la sélection r privilégient la quantité à la qualité.

Les humains font partie des espèces fournissant le plus d'investissement parental et utilisant la sélection K, ils produisent peu de descendants mais s'en occupent pendant très longtemps, maximisant ainsi les chances de survie et de reproduction de chacun.
que les autres.
Cette tendance est paraît-il utilisée par les publicitaires dans des campagnes adressées aux femmes. Si vous avez des exemples en tête (de campagnes publicitaires adressées aux femmes utilisant un homme aux petits soins avec un enfant) n’hésitez pas à les indiquer dans les commentaires.

“La grosse différence entre les relations sexuelles payées et les relations sexuelles gratuites c’est que les relations sexuelles payées coûtent généralement moins cher.” Brendan Francis.

Posséder des ressources c’est bien, les partager c’est mieux (au moins pour celui qui ne les possède pas), les partager sur une longue période c’est encore mieux. C’est à peu près le genre de raisonnement fait par les femmes qui serait favorisé par la sélection naturelle, et plusieurs raisons poussent à croire qu’elles le font. Problème : si les ressources d’un homme sont quelque chose de facile à évaluer, sa propension à les partager sur la durée est quelque chose de plus dur à déterminer. Comment donc mesurer l’engagement d’un homme dans une relation ?

  • La fidélité d’un homme est évidemment une première indication. Il s’agit dans ce cas-là pour une femme d’évaluer le monopole qu’elle a sur les ressources sexuelles du partenaires.
  • L’offre de cadeaux et de cadeaux luxueux (bagues, colliers, etc…) est très appréciée par certaines femmes. Et si ces cadeaux n’était pas appréciés en tant que tels mais pour l’engagement de l’homme qu’ils trahissent : quel homme irait dépenser 1000 € dans une bague si c’était pour quitter sa porteuse deux jours après ?
  • Le soutien en cas de coups dur et l’écoute attentive sont également des indices potentiels d’engagement. Toute ressource (temps, énergie, effort, confort, nourriture…) dépensée par l’homme pour sa partenaire et sans bénéfice immédiat pour lui-même peut être révélateur de la disposition d’un homme à s’engager sur le long terme avec sa partenaire.
bijou-diamant

Et si l’attrait des femmes pour les bijoux venait de l’investissement en ressources que cela représente pour leur partenaire ?

Vous comprenez mieux maintenant la citation de Brendan Francis ci-dessus ! Les bijoux, les restaurants, les bouquets de fleurs, sont autant de façons de montrer à une femme qu’on tient à elle, et qu’on est prêt à investir de ressources en elle.

“L’amour est la réponse, mais pendant que vous attendez l’amour, le sexe pose des questions plutôt bonnes.”
Woody Allen

Mais un des actes d’engagement les plus importants que pourrait faire un homme, c’est d’être amoureux ! Certains auteurs suggèrent que l’amour pourrait servir d’indicateur d’engagement de l’homme envers la femme (et vice-versa). Cette hypothèse est notamment supportée par le fait que dans le règne animal, les espèces formant des couples à long terme sont également celles dans lesquelles on retrouve le plus fort investissement paternel. Il est aussi frappant de constater que lorsque l’on demande à des hommes et des femmes leur avis sur les liens entre différentes actions et l’amour, des actes d’engagement (comme abandonner des partenaires sexuels potentiels, parler de mariage, ou parler d’avoir des enfants) sont indiqués comme centraux dans la reconnaissance d’un amour possible.

L’amour est un indicateur d’engagement de l’homme pour la femme, mais il l’est également pour l’homme. Mais pourquoi donc l’homme aurait-il besoin que sa femme soit fidèle ? Après tout, comme on l’a déjà vu, la femme n’est-elle pas obligée quoi qu’il arrive d’engager ses ressources dans le nouveau-né, pour les raisons biologiques qu’on connaît (taille de l’ovocyte et alimentation de l’embryon) ? C’est bien le cas, mais le problème de l’homme avec la femme concerne un autre point que l’investissement parentalL'investissement parental désigne l'ensemble des ressources (que ce soit en temps, en nourriture, en soins, etc...) qu'un organisme donné alloue à la survie et au développement de ses descendants, au détriment de la production de nouveaux descendants.

Pour maximiser son nombre de descendants, deux stratégies peuvent être adoptées par tout organisme : produire un grand nombre de descendants sans trop s'en occuper (c'est ce qu'on appelle la sélection r), ou produire peu de descendants mais bien s'en occuper (c'est ce qu'on appelle la sélection K).

Les espèces utilisant la sélection K privilégient la qualité à la quantité. Les espèces utilisant la sélection r privilégient la quantité à la qualité.

Les humains font partie des espèces fournissant le plus d'investissement parental et utilisant la sélection K, ils produisent peu de descendants mais s'en occupent pendant très longtemps, maximisant ainsi les chances de survie et de reproduction de chacun.
: l’assurance de la paternité.

Cache-cache avec les ovocytes

La femme possède ce que l’on appelle une ovulation cryptique : c’est une appellation un peu mystique pour dire qu’elle n’affiche pas clairement et publiquement quand elle est en période ovulatoire. Aussi banal que cela puisse paraître, c’est une des rares exceptions chez les primates, chez lesquels on trouve d’habitude des signaux bien visibles, comme un rougissement et gonflement des parties génitales (voir la photo ci-dessous chez le babouin, un cas extrême).

babouin-ovulation

Période d’ovulation chez la femelle babouin

Et cela pose un problème à l’homme : le problème de savoir s’il est bien le père de l’enfant qu’il élève. Imaginez que vous soyez un babouin mâle, la même espèce que sur la photo ci-dessus. Une stratégie pour augmenter vos chances de reproduction et qui serait immédiatement favorisée par la sélection naturelle c’est de garder un oeil sur vos femelles le temps de leur période ovulatoire. Ainsi, vous pouvez vaquer à vos occupations le reste du temps sans vous soucier de la fidélité de vos femelles : même si elles copulent avec d’autres mâles, aucun nouveau-né ne résultera de cette union, car effectuée hors période d’ovulation.

L’homme n’a pas cette “chance”. L’ovulation de la femme est cachée. Or, pour survivre, l’homme ne peut pas consacrer 100 % de son temps à la surveillance de sa partenaire, et s’expose ainsi à ce que sa partenaire soit infidèle sans qu’il le sache. Et si un enfant naissait de tels rapports, la catastrophe serait totale pour l’homme trompé ! Il aurait consacré son temps, sa nourriture, son attention, bref ses ressources à élever un enfant qui ne possède pas ses gènes ! Nul doute alors que la sélection naturelle aura favorisé les hommes sachant augmenter leurs chances de paternité.

Quels peuvent donc être ces indices qui permettraient à l’homme d’augmenter ses chances de paternité ? Deux indicateurs sont généralement proposés :

  • La chasteté prémaritale. En supposant que les tendances sexuelles d’une femme restent constantes dans le temps, on peut penser qu’une femme n’ayant pas eu de relations avant le mariage n’ira pas non plus voir d’autres hommes après mariage. Comme précédemment, on retrouve une différence homme-femme intéressante pouvant confirmer notre hypothèse : les hommes accordent beaucoup plus de prix à la chasteté prémaritale que les femmes. Cependant, cette différence n’a cessé de se réduire au cours du XXe siècle. En 1939, la chasteté était vue comme presque indispensable par les hommes, classée 10e sur une liste d’attributs de valeur chez les femmes. En 1990, elle n’était plus classée que 17e. Cette diminution est peut-être à mettre en rapport avec l’augmentation de l’usage des contraceptifs, qui rendent la virginité d’une femme beaucoup plus dure à évaluer pour un homme.
  • La fidélité sexuelle postmaritale. Posséder une femme fidèle augmentant les chances d’être le père biologique de l’enfant qu’on élève, savoir reconnaître une femme fidèle sera inévitablement un avantage adaptatif. Et les hommes, du moins aux Etats-Unis, placent la fidélité et la confiance comme les caractères les plus désirables qu’une femme puisse avoir. Au contraire, l’infidélité est abhorrée dans le monde entier et par toutes les cultures, étant même notée comme la pire des douleurs qu’une femme puisse infliger à un homme. Par ailleurs, le nombre de partenaires avant mariage est aussi un indicateur de la fidélité après mariage : plus votre partenaire a eu de partenaires sexuels avant le mariage, plus il y a de chances qu’elle (ou il) vous trompe après votre mariage…

Alors, monogame ou polygame ?

Récapitulons… Nous avons vu qu’avoir beaucoup de relations à court terme possédait des inconvénients pour la femme comme pour l’homme. Nous avons aussi vu que l’homme comme la femme avaient tous les deux développé des préférences leur permettant de repérer les partenaires qui leur seraient le plus fidèles. C’est dans leur intérêt : les hommes veulent être sûr que l’enfant qu’ils élèvent est le leur avant d’accepter de lui sacrifier des ressources ; les femmes cherchent un homme qui s’investira au maximum dans son enfant. Mais nous avons également vu en première partie que chacun des sexes a, dans des conditions particulières, intérêt à entrer dans des relations sexuelles à court terme.

Comment résoudre cette contradiction qui semble nous rendre impossible la tâche de statuer sur la sexualité naturelle de l’homme ? Peut-on réconcilier stratégies de relations sexuelles à court terme et relations sexuelles à long terme ? Une première approche nécessite de se replaçer dans le cadre de notre histoire naturelle et de l’environnement dans lequel nous avons évolué, et de faire appel à un nouveau type de système sexuel, la “monogamie en série”.

Des serial monogamers

Ce qu’on appelle “monogamie en série”, c’est le fait d’être monogame mais sur une période de temps limitée, typiquement quelques années. Après intervient un changement de partenaire pour recommencer un couple sur quelques années. Certains auteurs postulent donc que l’humain ne serait ni polygame par nature, ni monogame, mais monogame en série. La monogamie en série serait vue comme le résultat d’une polygynie héritée de nos ancêtres australopithèques, qui se serait déplacée peu à peu vers la monogamie sous l’effet de contraintes évolutives. En clair : certains de nos lointains ancêtres auraient été polygynes, mais nous avons depuis évolué vers un système plus monogame.

divorce

Quels éléments pourraient permettre d’étayer cette hypothèse ? Les premières preuves sont celles données en première partie, qui montrent que la biologie de l’homme penche franchement en faveur d’un système polygyne : production de spermatozoides importante et dimorphisme sexuelLe dimorphisme sexuel désigne l'ensemble des différences phénotypiques entre mâle et femelle d'une espèce, à l'exclusion des différences ayant directement trait à la copulation et la gestation.

Ces différences peuvent concerner la taille, la couleur (comme chez le faisan), l'ornementation (plumes chez le paon mâle), le comportement (parades amoureuses)...

Dans un contexte évolutif, le dimorphisme sexuel se rapporte souvent uniquement à la différence de masse entre mâle et femelle, paramètre utilisé pour jauger du degré de polygamie d'une espèce.
. De façon plus intéressante, les fossiles de nos ancêtres semblent montrer que ce dimorphisme sexuelLe dimorphisme sexuel désigne l'ensemble des différences phénotypiques entre mâle et femelle d'une espèce, à l'exclusion des différences ayant directement trait à la copulation et la gestation.

Ces différences peuvent concerner la taille, la couleur (comme chez le faisan), l'ornementation (plumes chez le paon mâle), le comportement (parades amoureuses)...

Dans un contexte évolutif, le dimorphisme sexuel se rapporte souvent uniquement à la différence de masse entre mâle et femelle, paramètre utilisé pour jauger du degré de polygamie d'une espèce.
a diminué au cours du temps : plus on remonte dans le temps, plus les espèces humaines présentent un fort dimorphisme sexuelLe dimorphisme sexuel désigne l'ensemble des différences phénotypiques entre mâle et femelle d'une espèce, à l'exclusion des différences ayant directement trait à la copulation et la gestation.

Ces différences peuvent concerner la taille, la couleur (comme chez le faisan), l'ornementation (plumes chez le paon mâle), le comportement (parades amoureuses)...

Dans un contexte évolutif, le dimorphisme sexuel se rapporte souvent uniquement à la différence de masse entre mâle et femelle, paramètre utilisé pour jauger du degré de polygamie d'une espèce.
, et donc plus il est probable qu’elles aient pratiqué la polygynie.

Les deuxièmes éléments soutenant la monogamie en série sont anthropologiques. C’est un fait bien établi maintenant que dans les sociétés le permettant, notamment occidentales, les humains se marient, divorcent et se remarient ensuite. Avoir un partenaire à la fois mais plusieurs au cours d’une vie pourrait bien devenir la norme en occident, et la monogamie en série devenir le système sexuel majoritaire en Amérique du Nord d’ici peu. Même si, comme nous le verrons dans la dernière partie, la monogamie en série n’est pas un système traditionnellement répertorié par les ethnographes (ce qui nous prive de données sur son étendue réelle), la monogamie en série est une hypothèse plausible de système sexuel humain.

Et pourquoi avoir changé ?

Nous avons dit plus haut que certains de nos lointains ancêtres auraient été polygynes, mais que nous aurions depuis évolué vers un système plus monogame. Et pourquoi aurions-nous évolué vers un système plus monogame ? Il n’y a a priori pas de raison pour que l’on soit passé d’un système plus ou moins polygyne à un système plus ou moins monogame si aucune pression de sélectionUne pression de sélection est une contrainte environnementale qui va "pousser" une espèce à évoluer dans une direction donnée.

Par exemple, de nos jours, l'utilisation massive d'antibiotiques est une pression de sélection qui pousse les bactéries à devenir résistante. Il ne s'agit pas de dire que les bactéries voyant arriver une vague d'antibiotiques se mettent à produire des adaptations leur permettant de résister (dans le sens où les bactéries contrôleraient de façon consciente la façon dont elles évoluent), mais simplement de dire que c'est parce qu'il y a utilisation massive d'antibiotiques que les bactéries deviennent résistantes (celles qui ne le sont pas meurent et ne reste plus que dans la population les bactéries résistantes).

Ces pressions de sélection peuvent provenir de l'environnement au sens large : il peut s'agir de l'environnement physique (climat, géographie...), animal (prédateurs, nourriture...), social (partenaires sexuels, alliances, ...).

Quelques autres exemples de pressions de sélection :

- la nécessité de réguler sa température corporelle est une pression de sélection expliquant l'apparition de glandes sudoripares (et autres moyens thermorégulateurs).
- la nécessité de se déplacer facilement dans l'eau est une pression de sélection expliquant le profil hydrodynamique partagé par tous les poissons.
- la compétition entre mâles pour l'accès aux femelles dans les espèces polygynes est une pression de sélection expliquant la différence de masse corporelle entre mâles et femelles (les mâles les plus gros et forts gagnent leurs combats et se reproduisent plus, tandis qu'être gros et fort ne bénéficie pas aux femelles).
- la richesse énergétique des aliments sucrés et gras est une pression de sélection expliquant l'apparition d'un goût pour ces aliments chez l'homme.
- etc...
ne fut exercée sur l’être humain.

Après tout, la polygynie est un système qui fonctionne encore très bien chez différentes espèces. Prenons les gorilles par exemple. Espèce polygyne, le gorille mâle dominant se reproduit avec différentes femelles qui lui sont fidèles. La polygynie fonctionne bien pour les femelles car elles sont fécondées par des mâles dominants, c’est à dire des mâles ayant prouvé, notamment par le combat, qu’ils possédaient de “bons” gènes. Etre sous la protection d’un mâle permet aussi de limiter les cas d’infanticides, courants chez les espèces polygynes où les mâles n’hésitent pas à tuer des nouveaux-nés qui ne sont pas les leurs. Du côté mâle, la polygynie n’est intéressante que pour les dominants, mais ces dominants bénéficient d’un accès sexuel très favorable leur permettant de se reproduire avec plusieurs femelles. Si la polygynie fonctionne, pourquoi se serait-elle montré inadaptée à un moment donné de l’histoire évolutive de l’humain ? D’où est venue cette nécessité de monogamie ?

Cerveau humain

La taille du cerveau humain a doublé ces deux derniers millions d’années.

Une explication possible et élégante est résumée en un mot : l’encéphalisation. L’encéphalisation correspond à l’augmentation de la taille du cerveau humain ces deux derniers millions d’années. Le cerveau humain a doublé de taille ces deux derniers millions d’années, et une grande partie de cette croissance s’est faite depuis moins de 500 000 ans. C’est absolument inédit chez les primates, et il n’est pas à douter que l’augmentation de la taille de notre cerveau s’est accompagnée d’avantages adaptatifs considérables. Mais pour que ces avantages adaptatifs aient pu être conservés, il a fallu surmonter un handicap né de cette encéphalisation : notre tendance à naître sans défenses.

Quel rapport ?

L’être humain naît sans défenses : à la naissance, il est incapable de se déplacer, de se nourrir, et de survivre en général. Sa survie est en fait complètement dépendante de l’aide et du support de ses parents, non seulement dans les premières semaines et mois, mais également années suivant sa naissance. Pour naître mieux armé face au monde qui l’entoure, le nourrisson aurait besoin de prolonger un peu son séjour dans le quatre étoiles du ventre de sa mère. Mais cette dernière aurait bien du mal à accéder à cette demande : si la grossesse devait se prolongeait de plusieurs mois, elle aurait besoin d’un pelvis (le cadre osseux par lequel passe le nourrisson lors de l’accouchement) beaucoup plus large ! A partir de là, pour que l’être humain conserve son gros cerveau, deux chemins évolutifs sont envisageables : un pelvis féminin plus large apparaît et la grossesse peut se prolonger (mais cela s’accompagne d’une perte d’efficacité de la bipédie) ou la période de grossesse reste la même, mais le nouveau-né naît sans défenses.

nouveau ne sans defenses

L’être humain à la naissance est réellement sans défense…

C’est le deuxième chemin qui semble avoir été emprunté par l’évolution, et cela nous importe pour comprendre pourquoi la monogamie en série aurait pu évoluer. Car si l’humain naît sans défenses, toute tendance à former des couples à long terme et à s’occuper longuement de sa progéniture serait favorisée par la sélection naturelle en augmentant les chances de survie des nourrissons. La perte des avantages procurés par la polygynie serait ainsi compensée par les bénéfices de faire survivre chacun de ses enfants. Au lieu d’avoir des mâles qui cherchent à avoir le plus de descendants possible et des femelles qui ne s’accouplent qu’avec des mâles dominants, mâles et femelles s’associeraient en couples monogames pour quelques années le temps d’élever quelques enfants et de les rendre autonome, puis se dissocieraient pour recommencer avec un autre partenaire.

Les estimations du temps nécessaire pour rendre un enfant autonome divergent, mais des dictons populaires comme la “crise des sept ans de mariage” peuvent être révélateurs de cette tendance humaine à vouloir changer de partenaire au bout d’un certain temps de vie commune. Aux Etats-Unis, le taux de divorce est le plus fort lors de la quatrième et cinquième année de mariage, et décline par la suite.

Nous avons déjà évoqué les avantages adaptatifs qu’apporterait la monogamie en série pour l’homme : une augmentation de l’investissement parentalL'investissement parental désigne l'ensemble des ressources (que ce soit en temps, en nourriture, en soins, etc...) qu'un organisme donné alloue à la survie et au développement de ses descendants, au détriment de la production de nouveaux descendants.

Pour maximiser son nombre de descendants, deux stratégies peuvent être adoptées par tout organisme : produire un grand nombre de descendants sans trop s'en occuper (c'est ce qu'on appelle la sélection r), ou produire peu de descendants mais bien s'en occuper (c'est ce qu'on appelle la sélection K).

Les espèces utilisant la sélection K privilégient la qualité à la quantité. Les espèces utilisant la sélection r privilégient la quantité à la qualité.

Les humains font partie des espèces fournissant le plus d'investissement parental et utilisant la sélection K, ils produisent peu de descendants mais s'en occupent pendant très longtemps, maximisant ainsi les chances de survie et de reproduction de chacun.
paternel. Une autre façon de tester l’existence de la monogamie en série c’est de tester la réalité des prédictions qu’elle entraîne. Par exemple, l’hypothèse de la monogamie en série propose que l’humain ne se met en couple que dans l’intérêt de l’enfant. Ceci implique que des couples n’ayant pas d’enfants devraient se séparer plus souvent que les autres. Toujours aux Etats-Unis, sur une période de près de 40 ans entre 1950 et 1989, 40% des divorces effectués ont été effectués entre couples n’ayant pas d’enfants, et seulement 2% des couples ayant plus de cinq enfants ont divorcé.

En résumé…

Comme expliqué en première partie, notre système sexuel actuel peut difficilement être considéré comme monogame. Mais comme nous l’avons vu dans cet article, si nous avons peut-être été (ou nos ancêtres) 100% polygynes à une époque, nous ne le sommes plus complètement. Une des explications possibles à cette transition est l’encéphalisation, et le système sexuel résultant de ce mélange entre monogamie et polygynie est appelé monogamie en série. La monogamie en série constitue une stratégie de reproduction à long terme, mais cela n’empêche pas qu’en dehors d’elle, ou coexistant avec plutôt, l’humain puisse adopter des stratégies de reproduction à court terme ! Les avantages des relations à court terme évoqués en première partie existent toujours. L’utilisation de l’un ou l’autre type de stratégies dépendra des conditions particulières et propres à chaque situation rencontrée par un humain, incluant les caractéristiques du partenaire sexuel, les opportunités disponibles, etc…

Nous avons commencé à le faire, et nous allons terminer cette série d’articles sur le système sexuel humain en nous intéressant à ce que font nos homologues primates, et ce que font différentes sociétés humaines. Si vous lisez ce blog, il y a de fortes chances pour que vous soyez dans une société occidentale, et que par conséquent vous considériez l’humain soit comme monogame, soit comme monogame en série. Mais l’homme est loin de se lier de la même façon dans toutes les régions du monde. La troisième partie de cet exposé, qui liera toutes les pièces du puzzle ensemble, sera plus culturelle que les deux premières et aura un pied dans le merveilleux monde de l’interaction génétique / environnement , pour enfin tenter de répondre à notre question, “L’humain est-il un polygame refoulé ?”

.

À emporter

  • Pour l'homme comme la femme, adopter une stratégie sexuelle de relations à court terme ne possède pas que des avantages (manque d'investissement dans l'enfant, maladie, réputation...).
  • De plus, avoir un partenaire qui pratique de telles relations n'est pas avantageux : hommes comme femmes semblent posséder des préférences pour les partenaires fidèles.
  • Pour réconcilier stratégies à court et long terme, nous avons introduit l'idée d'un humain "monogame en série" : s'occupant d'un seul partenaire mais sur quelques années seulement.
  • La monogamie en série pourrait être la conséquence d'une augmentation récente de la taille du cerveau humain au cours de l'évolution, entraînant l'obligation d'accoucher plus tôt d'enfants non autonomes.

Pour approfondir...

Tags: , , ,

20 réactions à “L’humain est-il un polygame refoulé ? Partie 2/3 : la monogamie en série.”

  1. Tom

    4 Jul 2012

    à 10:46

    Bonjour,

    Pour compléter cette intéressante série d’article, il faut aussi signaler qu’il y a les contraintes évolutives globales, mais aussi la possibilité d’avoir des stratégies individuelles radicalement différentes, qui peuvent évolutivement se maintenir à condition qu’elles restent minoritaires dans la population.

    Par exemple, il a été évoqué le cas des femmes qui peuvent “parier” sur des “bons gènes” chez un autre homme que leur conjoint. Le développement des analyses génétiques permet d’objectiver un peu la chose.
    Il faut quand même noter qu’il faut faire attention aux chiffres, car l’échantillon peut être biaisé (si on fait un test de paternité, c’est peut-être qu’on a d’autres raisons d’avoir des doutes). Mais il y a aussi des études spécifiques avec des échantillonnages au hasard, et des bilans issus par exemple des consultations pour des maladies génétiques.
    Les résultats montrent tous que c’est marginal, mais pas négligable (quelques %).
    Côté mâle, il y a aussi de nombreuses études sur les paternités extra-couple chez les espèces habituellement monogames, par exemple des oiseaux. Là aussi, il y a majoritairement des mâles à stratégie monogame, et au contraire quelques mâles qui distribuent massivement leurs gènes dans le nid des autres.
    Comme tous les équilibres évolutifs, celui-ci est dynamique : si les mâles polygames augmentent trop dans la population (sans investir dans le nourrissage de tous leurs petits), leur succès reproducteur va baisser, au profit des mâles monogames (surtout si la base de ce comportement est surtout génétique).

    Dans l’équilibre évolutif actuel pour la population humaine, l’infidélité féminine est une stratégie plutôt rare, et devrait le rester à moins d’une évolution vers la promiscuité (mais alors, la femme ne serait plus infidèle !).
    Par contre, notre passé polygyne a fortement modelé le comportement mâle vers une tendance à l’infidélité (bien démontré par les exemples donnés), et il est probable que cela ne change pas rapidement.

    Reply to this comment
    • Stéphane

      4 Jul 2012

      à 10:46

      Bonjour Tom,

      les chiffres sur l’infidélité seront abordés dans la troisième partie, c’est effectivement marginal chez l’HOmme (l’infidélité génétique toutefois, pas l’infidélité réelle !).

      J’ai peu parlé des différences inter-individuelles en effet, je me suis concentré sur “les moyennes”.

      En aparté, vous semblez postuler que la stratégie sexuelle d’un individu est fixe (“mâles à stratégie monogame”). Pour certaines espèces, c’est probablement vrai. Pour l’Homme c’est peut-être plus compliqué. Par exemple chez l’Homme, les individus les plus attractifs (plus haute “mate value”) semblent être ceux qui ont le plus de relations à court terme, ce qui supporterait la thèse de stratégies individuelles fixées. Mais chez l’Homme toujours, la stratégie sexuelle employée peut dépendre de nombreux autres paramètres contextuels, comme l’âge, la pression sociale, le rapport des sexes dans la population, les échecs et succès précédents dans les différentes stratégies… Si bien que pour l’Homme, je dirais plutôt que chaque individu dispose tout au long de sa vie d’un éventail de stratégies sexuelles qu’il utilisera en fonction du contexte.

      Reply to this comment
  2. […] en trois parties sur la polygamie refoulée de l’homme : L’homme, ce parasite sexuel, La monogamie en série, Ecologie, culture et Dr […]

    Reply to this comment
  3. […] en trois parties sur la polygamie refoulée de l’homme : L’homme, ce parasite sexuel, La monogamie en série, Ecologie, culture et Dr […]

    Reply to this comment
  4. Kristen Chaman

    3 Jul 2013

    à 10:46

    “La monogamie en série pourrait être la conséquence d’une augmentation récente de la taille du cerveau humain au cours de l’évolution, entraînant l’obligation d’accoucher plus tôt d’enfants non autonomes.”

    Oubliez ce passage qui n’est pas significatif !

    Ensuite la sexualité, qu’elle soit humaine ou non, est toujours à court terme. Si la sexualité répondait uniquement à des fins biologiques ; alors, l’homosexualité n’existerai pas et les femmes enceintes seraient inaptes aux rapports sexuels. Relié l’homme à la science c’est recréé de nouveaux dogmes avec de nouveaux interdits. Je n’aime pas Richard Dawkins et les idées scientistes qu’il véhicule. Le fait de se référer au passé par le biais de l’évolution pour en déduire des explications modernes me semble erroné. Pensez-vous réellement qu’hier influence aujourd’hui et qu’aujourd’hui influence demain ? Là, s’arrête la science ; là, s’arrête la loi de la causalité ; là, meurt toutes idées scientistes (mécanistes).

    Bien à vous…

    Reply to this comment
    • Stéphane

      7 Jul 2013

      à 10:46

      Finalement décidé de ne pas effacer ce commentaire pour m’avoir fait bien rire.

      Reply to this comment
  5. assurance santé internationale

    17 Mar 2014

    à 10:46

    C’est toujours un grand plaisir de vous lire

    Reply to this comment
  6. gudrun

    2 May 2014

    à 10:46

    Désolé (pour vous) que le commentaire de Kristen ne vous ait fait que rire. Certes je le trouve un peu maladroit et je ne pense pas que R.Dawkins soit particulièrement “scientiste” même si sa théorie du gêne égoïste n’est en fait qu’une grille de lecture parmi d’autre: au choix l’individu la famille l’espèce le clade …etc et donc pas forcément et surtout pas si souvent la plus pertinente (voir la critique entre autre de SJ Gould à ce sujet)
    Mais pour en revenir à sa critique de fond même si il est toujours utile de se souvenir que l’homme est aussi un grand singe c’est aussi un animal social culturel plus qu’aucune autre espèce animale, et l’homo américanus en particulier un grand singe modelé par quelques siècles d’un puritanisme assez prononcé ce qui fait plus que transparaitre dans les résultats des nombreuses études que vous nous apportez.
    mais je n’en dis pas plus avant de lire le troisième volet…

    Reply to this comment
    • Stéphane

      3 May 2014

      à 10:46

      Vous pouvez défendre l’importance culturelle sans avoir besoin de défendre le commentaire de Kristen, je vous rassure !

      Je n’oublie pas la culture. Elle est à mon goût sur-représentée dans les explications actuelles du comportement humain, d’où l’existence de ce blog, et d’où le fait que les articles peuvent sembler un peu partials parfois. J’ai essayé dans la 3e partie de remédier à cela. J’espère qu’elle vous aura plu.

      Reply to this comment
  7. Claire Michelet

    29 Apr 2015

    à 10:46

    Je souhaiterais juste faire une remarque, qui j’espère sera bien pris parce que j’apprécie énormément vos articles. Il serait interessant de séparer les avantages à la monogamie préceptible d’un point de vue évolutifs, de ce qu’ils ne le sont pas:
    La Violences de la part de partenaires, copains, pères ou frères jaloux en cas de relations sexuelles avec une femme déjà liée. et les Actes de vengeance de la part des ex-partenaires féminines sont des comportements humains récents, donc fortement influencés par la culture qu’on ne retrouve pas chez des espèces animales ayant pourtant le même fonctionnement en terme de reproduction….
    De la même manière, l’achat de cadeau et autre qui serait des critères qui permetterait aux femelles de déterminer l’implication du mâle dans le couple me parait être un critère relativement peu évolutif et beaucoup plus culturelle… De plus, surtout pour les cadeaux, il peut aussi être interprétée comme “je cherche le male le plus riche donc le plus capable de nourrir mes enfants ” ce qui par contre là se constate d’un point de vue évolutif ( sélection des mâles les plus gros, les plus forts,… ).
    Enfin, pour ce qui est du “cache cache avec les ovocytes”, je vois cela bien plus comme une conséquence du caractére volage des males que comme une raison favorisant la monogamie, en effet, l’apparition de la cryptogynie est plus tardive que l’apparition de la monogamie… Au final, l’intérêt du male est bien d’être sur d’être le père mais pour la femelle enceinte d’un homme volage, qui va donc se retrouver seule, le fait que l’on voit qu’elle soit enceinte n’a aucun intéret, d’où l’apparition de la cryptogynie…
    Enfin, les jeunes sont faible chez les primates aussi, d’où l’apparition de ce type de comportement chez les primates aussi, certaines espèces dévellopent en effet des comportements ( homme volage, …) très similaire à ceux observés chez l’homme. Il n’est pas nécessaire d’avoir le dévellopement du cerveau pour cela, même s’il est vrai que cela doit aidé….

    Reply to this comment
  8. Hugues

    26 Aug 2015

    à 10:46

    J’ai l’impression qu’il y a un biais : l’article confond en un seul individu le géniteur (celui qui met la graine) et le père (celui qui gronde l’enfant parce qu’il a volé de la confiture). Les femmes ont besoin de trouver un pere pour leurs enfant. Si c’est le géniteur, c’est plus pratique chez nous pour des raisons culturelles, sans plus : les enfants d’amazonie sont élevés par leur mere…et l’un des frère de leur mere (…qui ne peut faire l’amour avec elle sans briser un tabou).
    et les habitant des iles canaries qui émigrent en europe sont trés étonnés des question posés par les occidentaux car les meres ignorent fréquement l’identité du géniteur de leur enfant. le remplissage des premiers papiers administratifs devient alors trés…festif

    Reply to this comment
    • Nom / Pseudo (requis)

      4 Sep 2017

      à 10:46

      euh, je viens de lire la 3eme partie : cette troisième partie résout très élégamment le biais que j’indiquait

      Reply to this comment
  9. ttt

    12 Sep 2017

    à 10:46

    Merci pour cette passionnante série d’articles. Juste pour vous signaler une coquille : “il a fallu surmonté un handicap” > “il a fallu surmonter”.

    Reply to this comment
  10. kryolipolyse gerät kaufen Berlin

    21 Sep 2017

    à 10:46

    Aw, this was a very good post. Finding the time and actual
    effort to make a good article… but what can I say… I hesitate a
    lot and never seem to get nearly anything
    done.

    Reply to this comment
  11. video do youtube

    24 Sep 2017

    à 10:46

    Hi everyone, it’s my first pay a visit at this website,
    and paragraph is really fruitful for me, keep up posting such articles.

    Reply to this comment
  12. 11 Quinton Patton Jersey

    27 Sep 2017

    à 10:46

    11 Quinton Patton Jersey.Professional Tyler Slavin Jersey Outlet Sale, Nike Bengals 18 A.J.

    Green Black Team Color Mens Stitched NFL Game Jersey From China Store for NFL Fans.
    Buy Discount NFL Football Jerseys, Hockey jerseys here.

    Reply to this comment
  13. Ocala funeral

    27 Sep 2017

    à 10:46

    I used to be suggested this web site via my cousin.
    I am not sure whether this publish is written by means of him as no one else
    know such specified approximately my trouble.
    You’re wonderful! Thanks!

    Reply to this comment
  14. Not For Profit Organizations

    30 Sep 2017

    à 10:46

    A fascinating discussion is definitely worth comment.
    There’s no doubt that that you ought to publish more about
    this subject matter, iit maay not be a taboo matter but usually people
    do not discuss sufh topics. To the next! All the best!!

    Reply to this comment

Réagissez !

Commentez, critiquez, ajoutez vos idées... Et n'oubliez pas d'inclure les liens vers vos sources quand elles sont disponibles !

Si vous ne voulez pas être représenté par une stupide icône aléatoire, réservez votre gravatar.

 
Souhaitez-vous recevoir un email quand un nouveau commentaire est posté ?