Le “gène gay” : génétique et homosexualité

547 lectures. Publié le 30 August 2019 par dans la catégorie Billets d'humeur

Le “gène gay” : génétique et homosexualité

LE RETOUR DU GÈNE GAY !!! Episode #3241

Je ne sais pas si cette nouvelle étude va provoquer autant d’orages ici que sur le twitter anglophone mais je préfère prendre les devants, si je peux apporter un peu d’apaisement préventif dans ce monde sanguinaire…

Lire l’article du parisien ici :

http://www.leparisien.fr/societe/l-homosexualite-n-est-pas-liee-a-un-gene-selon-une-vaste-etude-scientifique-29-08-2019-8141958.php#xtor=AD-1481423553

Je ne vais pas me prononcer pas sur la qualité scientifique de l’article (pas compétent sur les détails statistico-génétiques) mais sur son traitement médiatwique. Un peu de #nofakescience d’abord.

L’article du parisien est « maladroit » pour au moins deux raisons : 1/ il parle d’ *homosexualité* (orientation sexuelle, qui est attiré par qui), alors que l’étude dans Science s’intéresse au *comportement sexuel*.

Plus précisément, la question posée dans l’étude était « avez-vous déjà eu une relation sexuelle avec une personne du même sexe ? », ce qui est bien différent d’avoir une attirance sexuelle (de + ou – long terme) pour les personnes du même sexe.

2 / Le Parisien fait un peu comme si l’idée d’un « gène gay » était une idée jusqu’alors acceptée dans la communauté scientifique, ce qui est bien ironique car ce terme a été forgé par les médias eux-mêmes dans les années 90… sur la base d’une étude dont les conclusions étaient bien plus prudente. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8332896

On a donc les médias qui créent une fake news dans les années 90 puis 30 ans plus tard font comme si cette fake news était vraie même dans le monde scientifique, pour pouvoir mieux la débunker…

Je vois des collègues #nofakescience qui sur la base de l’article du Parisien rejettent l’étude scientifique en elle-même. Pas de double standard svp ! Les déformations des médias ne sont pas que dans le domaine de la santé, l’énergie et l’agriculture. Voilà l’étude en elle-même d’ailleurs. https://science.sciencemag.org/content/sci/365/6456/eaat7693.full.pdf

Il y a quelques scientifiques qui ont des mots très forts sur cette étude. Par exemple

J’aime bien ce que tweete Cecile Janssen en général, mais je suis un peu suspicieux des gens qui prétendent dire « ce qu’est la science » et que le story telling ne ferait pas partie de la science.

J’attends de lire sa réponse, je fais confiance d’abord, j’espère que sa réaction n’était pas juste de l’indignation facile.

Mais pour une critique scientifique que je lis, je lis 9 critiques politiques ou morales (c’est-à-dire, pourquoi se poser ces questions et faut-il y chercher des réponses).

Il est bien sûr important de se poser ces questions et je serais le premier heureux qu’on ait un large débat de société sur ce que la science a et n’a pas le droit d’étudier, plutôt que ces débats reviennent à chaque fois.

Et même si j’ai mon avis (un peu changeant) sur la question, je serais heureux de me ranger à la décision collective d’une société de gens bien informés. Mais attention aux raisonnements simplistes !

Par exemple, si l’homosexualité avait des bases génétiques, est-ce un bon ou mauvais point pour la défense des homosexuels ? Mauvais me direz-vous j’imagine, avec en tête de possibles dérives totalitaires sur base de profilage génétique.

Et bien figurez-vous que des assos se servent des bases génétiques de l’homosexualité pour la défendre, soit par appel à la nature (c’est naturel donc c’est bien) ou un appel au déterminisme (ce n’est pas un choix).

D’ailleurs, les auteurs de l’étude sus-citée ont travaillé avec des assos de défense des LGBT, et Le Parisien nous apprend que les auteurs se revendiquent eux-mêmes gays ! Je ne sais pas dans quelle autre discipline l’orientation sexuelle des chercheurs serait ainsi affichée..

A contrario, si l’homosexualité était d’origine socio-culturelle, ou un « choix », on pourrait décider de la punir ou de mettre en place des « thérapies de conversion » pour « changer » les homosexuels. Et ne croyez pas que c’est de la science fiction !

En 2014 encore le président ougandais décidait précisément de faire ça ! https://www.lemonde.fr/afrique/article/2014/02/24/en-ouganda-une-loi-antihomosexualite-drastique-entre-en-vigueur_4372439_3212.html

Et les thérapies de conversion existent toujours ! http://www.nytimes.com/2013/06/21/us/group-that-promoted-curing-gays-ceases-operations.html?mcubz=0

Bref, quelles que soient les origines de nos comportements, génétiques ou socio-culturelles, les gens qui veulent faire du mal à ceux qui ont des comportements différents trouveront toujours un moyen de le faire (ils n’ont pas attendu la science du XXe siècle pour ça d’ailleurs…).

Génétique et éducation peuvent tous les deux être utilisés pour justifier des crimes. Génétique et éducation peuvent tous les deux être utilisés pour justifier des crimes. Génétique et éducation peuvent tous les deux être utilisés pour justifier des crimes. Génétique et éducation peuvent tous les deux être utilisés pour justifier des crimes.

Donc si vous décidez a priori d’éviter d’étudier tous les sujets qui peuvent être utilisés pour justifier des horreurs, préparez-vous à bannir une très grande partie de la science, y compris en SHS.

Bon, quand même, d’un point de vue science cette étude n’apporte pas grand-chose, si ce n’est confirmer que le comportement, c’est compliqué, et ça implique un paquet de gènes. J’aime particulièrement le verbe choisi dans le titre de l’article, « reveals insight », qui ne veut rien dire.

Et même si l’étude identifie des régions liées avec certains comportements sexuels, elle écrit littéralement dans son résumé qu’on ne peut pas à ce jour prédire le comportement sexuel d’un individu sur la base de ses gènes.

C’est juste une étude remarquable sur le plan de l’échantillon (500 000 personnes) et qui fait partie du champ trendy de la génétique comportementale dont je vous parlais (et qui n’est PAS de la psychologie évolutionnaire).

Et comme d’hab, si la question des origines de l’homosexualité vous intéresse vraiment, le mieux pour vous faire un avis c’est pas twitter ni les médias ni une étude, mais une revue systématique. En voici trois : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27113562 http://www.assaf.co.za/wp-content/uploads/2015/06/8-June-Diversity-in-human-sexuality1.pdf https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4785903/

Bonne fin de journée à toutes et à tous !

Fil sur twitter :

Réagissez !

Commentez, critiquez, ajoutez vos idées... Et n'oubliez pas d'inclure les liens vers vos sources quand elles sont disponibles !

Si vous ne voulez pas être représenté par une stupide icône aléatoire, réservez votre gravatar.